Les éclairages de Saverio
Chaque semaine, un éclairage pour mieux se comprendre
Eclairage de Saverio
Mode ZEN

Couple : préserver son intimité !

Entre garder son jardin secret, respecter celui de l’autre et en cultiver un nouveau, à deux, il n’est pas évident de trouver le bon dosage. Surtout quand les enfants s’en mêlent !

L’intimité. C’est ce fameux « jardin secret », notre espace vital, notre bien immatériel le plus précieux, pourtant difficile à définir puisqu’au-delà de son sens général, elle est investie différemment par chacun et peut se déplacer au fil des âges.

L’intimité est une zone de rencontre entre le corps, le cœur et l’âme, qui a besoin d’être protégée. Qu’on ne peut ou qu’on ne veut pas partager. Sauf avec celui qu’on aime. Si le couple existe, c’est justement parce qu’on accepte de laisser l’autre entrer dans notre univers intérieur, d’accéder à ce qui caractérise à nos yeux notre identité propre. On partage avec lui une intimité physique et psychique (nos émotions, pensées, désirs...). En cela, l’intimité est un moteur pour le couple, empreint d’authenticité. A condition de ne pas se confondre, ni de s’oublier dans les désirs de l’autre. Quand on rêve, ensemble d’une vie de famille, voilà que les enfants viennent bousculer les repères qu’on avait créés à deux ! Une nouvelle intimité, familiale cette fois, est à réinventer : plus symbolique, elle s’exprime à travers les valeurs, les repères proposés par les parents à leurs enfants. C’est un ciment qui va fédérer, donner du liant à la famille ». Bien qu’il soit primordial, il est nécessaire, pour l’épanouissement du couple, d’apprendre à différencier les territoires.
 

Bébé vient de naître

Parce qu’il est vécu comme l’incarnation de notre intimité, se crée naturellement une relation d’une grande intensité entre lui et nous. Certains parents, souvent la mère, se focalisent sur leur bébé au point d’engendrer une fusion « excluante » pour l’autre. Sans doute cherche-t-elle à vivre ce qu’elle-même n’a pas reçu à la naissance, si elle a manqué d’attention, de soin ou d’amour.
Comment faire ? Les trois premiers mois, difficile de faire autrement que de se consacrer à bébé ! Passé ce délai, il est important de réinvestir son couple. Inutile de se coller la pression en planifiant une nouvelle position du kama sutra par semaine. Mieux vaut s’accorder un peu de temps, chaque jour, pour se parler, se regarder, se caresser. Rassurons-nous : bébé ne risque pas de s’envoler !


A 5 ans, il est toujours dans nos pattes

A cet âge-là, l’enfant sent qu’il y a de l’amour et un plaisir intéressant (qu’il comprend inconsciemment) entre ses parents. Il cherche à trouver sa place entre eux et avec eux. C’est un apprentissage à travers lequel il va chercher à plaire à son père, à sa mère ou aux deux. Comment faire ? On l’aide simplement à passer le cap. En dédramatisant (« Oh là là, tu as besoin de beaucoup de câlins...») et en posant un cadre («... ton père et moi, aussi ! »). Quitte à fermer la porte à clés et accepter qu’il reste scotché devant. Non, cela ne le traumatisera pas ! Sentir ses parents s’aimer va même lui permettre de se construire avec assurance.


A 10 ans, il ne respecte pas notre espace vital

A l’âge où l’enfant tend à se sociabiliser et à structurer ses pensées personnelles, peut-être a-t-il du mal à trouver sa place, à développer sa vie relationnelle à l’école. Résultat, il surinvestit ses parents. Il devient lourd, un peu provocateur, histoire qu’e ses parents ne l’oublient pas.
Comment faire ? On réajuste le tir en posant des limites claires (« Là, ce n’est pas le moment ») tout en le rassurant (« On se réserve un jeu ou un film demain. ») En bonus, on le prépare à sa vie amoureuse future : il saura se faire respecter par ses amis ou sa future belle-famille. Enfin, pour l’aider à se sociabiliser dans un contexte sécurisant, on invite ses copains à la maison.


A 16 ans, il prend la maison pour un hôtel

Il débarque avec ses copains n’importe quand, entre et sort sans prévenir. Rien d’anormal à cela, bien au contraire : il affirme sa capacité à se débrouiller tout seul et à devenir indépendant.
Comment faire ? En acceptant qu’il grandisse, même si c’est difficile ! En apprenant à négocier tous ensemble : il nous prévient quand il découche (chouette, on va s’organiser un petit dîner en amoureux !) et on lui propose d’inviter ses amis quand on part en week-end. En semaine, c’est dîner à la maison tous les soirs. En favorisant la proximité familiale, tout en délimitant les espaces de chacun, on répond aux besoins de tous.


Saverio Tomasella

Les éclairages de Saverio

Chaque semaine, un éclairage pour mieux se comprendre
Eclairage de Saverio
  1. Je créé mon compte personnel en un clic (gratuit)
  2. Je choisis l’éclairage de Saverio de mon choix
Gratuit
Offre spéciale : Découvrez tout Psychologie.fr gratuitement !